Vous êtes ici
Mémoires inédits
Parution : 
09/05/2019
Pages : 
152
Format :
120 x 190 mm
Prix : 
8.50 €
Prix du livre numérique: 
6.49 €
EAN : 
9782246821311

Mémoires inédits

Les Cahiers Rouges
Les mémoires de la princesse Mathilde, très partiellement publiés en 1927 dans la Revue des Deux Mondes, ont été censurés par les Bonaparte  : ils avaient découvert que la nièce de Napoléon (elle est la fille du roi Jérôme) avait pris la plume, non seulement pour raconter sa jeunesse insolite à Rome et à Florence, mais aussi pour dévoiler par le menu les secrets les mieux gardés de la famille. Avec esprit et un sens du cocasse qui n’appartenait qu’à elle, elle brosse des portraits plein de piquant des siens, entre la chute du Premier Empire et la veille du Second. Si sa mère Catherine, fille et sœur des rois de Wurtemberg, avait peu de goût pour elle (une fille  !), elle s’est trouvé d’autres modèles féminins, Hortense de Beauharnais, Julie Clary et surtout sa cousine Charlotte Bonaparte (fille de Joseph) dont elle dévoile les amours clandestines avec un prince polonais, lui aussi exilé. Elle n’épargne ni son père le roi Jérôme, dont elle dresse le tableau des conquêtes jusqu’à sa propre nièce, ni son cousin et fiancé, le futur Napoléon III, et moins encore son grand-oncle le cardinal Fesch. Ce texte récemment redécouvert révèle une femme de tête et de cœur qui s’est forgé une identité envers et contre tout, avec pour seule sauvegarde la fierté d’appartenir à la famille de l’Empereur et une passion pour la culture. Fuyant l’ambiance morne de la cour de Stuttgart, elle accepte la main d’un prince russe, Anatole Demidoff, imaginant y gagner une certaine indépendance et la possibilité de réaliser enfin son rêve, connaître Paris, ce Paris dont elle deviendra la Notre-Dame-des-arts.
Un livre passionnant qui servira à réécrire l’histoire de la famille Bonaparte.
 
Préface de Philippe Costamagna, conservateur en chef des musées d’Ajaccio et directeur du Palais Fesch, auteur de Histoires d’Œil (Le Courage/Grasset, 2016).

Manuscrit établi par Carole Blumenfeld, docteur en histoire de l’art.