Fil d'Ariane

Titre à venir
Parution : 
17 Février 2021

Titre à venir

Qui ne perçoit que notre système politique est à bout de souffle?
L’auteur analyse ici le malaise dans la démocratie française avec une profondeur de champs jamais égalée.
On nous endort tous les cinq ans en nous promettant des lendemains qui chantent, alors que les vrais choix politiques ont été opérés il y a plus de trente ans. Et n’ont jamais été expliqués aux Français, auxquels on a au contraire raconté des fables lénifiantes.
« La gauche devrait-elle opter pour l’Europe contre le socialisme, ou pour le socialisme contre l’Europe? » s’interrogeait François Mitterrand dans une longue tribune publiée dans Le Monde en 1968. Eh bien, c’est précisément sous le règne de Mitterrand que les européistes français ont inventé la globalisation. Car loin d’être un bouclier contre la dérégulation, comme il nous a été répété à l’envi, l’Europe fut la matrice, puis le vecteur de la mondialisation financière libérale.
Mieux (ou pire): ce sont les Français qui ont été les chevilles ouvrières du néo-capitalisme financier, les anglo-saxons ne faisant que s’engouffrer dans la brèche que nous avons nous-mêmes ouverte à partir de 1985, avec Fabius et Beregovoy au pouvoir en France, Delors et Lamy à la tête de la commission européenne, Chavranski à l’OCDE, Trichet à la Banque centrale européenne (BCE), Camdessus au FMI et Lamy à l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce).
La civilisation européenne était supposée reposer sur l’Etat, plus l’Etat-Nation, plus l’Etat de droit, plus l’Etat-Providence. Or, l’Etat perd son pouvoir, l’Etat-Nation est voué aux gémonies au profit d’un fédéralisme hors-sol qui s’apparente à une religion politique, et l’Etat-Providence est sacrifié sur l’autel de la rigueur Maastrichienne.
Cela s’appelle l’abdication d’une démocratie, selon la belle mise en garde de Pierre Mendès France: « L’abdication d’une démocratie: la délégation de tous les pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique ».
Résultats: aucune majorité présidentielle ou parlementaire n’a été reconduite en France depuis 1983, le FN est passé de 0,8% des voix à plus de 20%, le pouvoir régalien parait illégitime ou impuissant, et ce que les élites appellent le « populisme » gronde.
On connait la formule de Georges Bidault (ministre des affaires étrangères) en 1953: « Faire l’Europe sans défaire la France ». Nous avons défait la France en catimini au nom de l’Europe, sans pour autant parvenir à faire l’Europe que nous appelions de nos voeux. Nous avons perdu sur les deux tableaux.
Un sursaut est possible: après une analyse au scalpel de la décomposition française (première partie) et une déconstruction non moins rigoureuse de l'histoire européenne (deuxième partie), c’est à quoi se consacre la troisième partie de cet ouvrage.
Format :
153 x 235 mm
Pages : 
450
EAN : 
9782246815280
EAN numérique: 
9782246815297
22.50