Fil d'Ariane

« Dans l’après-midi du 26 septembre dernier, une puissante détonation retentit à Indian Head, petit port fluvial sur les rives du Potomac, à une trentaine de kilomètres du centre de Washington. Au cours des premières heures, les autorités locales s’étaient enfermées dans le déni, n’osant pas mettre un nom sur ce qui venait de se produire : une authentique explosion nucléaire ! De faible puissance et d’ampleur limitée, certes, puisque la dévastation ne dépassa pas un rayon de mille mètres. Mais il y eut tout de même plus de six cents morts, et des milliers d’habitants des environs furent blessés ou contaminés. Les victimes auraient été bien plus nombreuses encore si le nuage radioactif n’avait pas été balayé par de providentiels vents d’ouest… Pour tenter de calmer les esprits, certains s’évertuèrent à parler d’une “déflagration accidentelle” ; ce qu’elle était, au sens strict, vu que les manipulateurs de l’engin n’avaient sans doute pas l’intention de le faire exploser à cet endroit et à ce moment-là. Jusqu’à ces derniers jours, d’ailleurs, plusieurs médias continuaient à dire que les responsables du désastre étaient de jeunes étudiants fascinés par le nucléaire plutôt que des terroristes s’apprêtant à frapper la capitale fédérale ; hypothèse difficile à croire, mais tout aussi difficile à réfuter, vu que tous ces apprentis sorciers ont été pulvérisés sans laisser de traces.
Dès le lendemain de l’explosion, on commença à prendre conscience des implications de ce qui venait de se passer. C’est alors qu’est née, en Amérique et ailleurs, cette angoisse violente qui n’a cessé de s’amplifier depuis. On pourrait
même dire que l’humanité entière est restée sous le choc, hagarde, désemparée. »

Extrait de « Nos frères inattendus », le nouveau roman d’Amin Maalouf.

#nosfreresinattendus #aminmaalouf #litterature #lecture #roman #empedocledagrigento #bookstagram #tousenlibrairie

Picture: 
External ID: 
3305831619508441