Vous êtes ici
L'énigme des premières phrases
Parution : 
08/03/2017
Pages : 
208
Format :
140 x 205 mm
Prix : 
18.00 €
EAN : 
9782246861515

L'énigme des premières phrases

collection Le Courage dirigée par Charles Dantzig
« Longtemps, je me suis couché de bonne heure. »
« Aujourd’hui, maman est morte. »
« DOUKIPUDDONKTAN, se demanda Gabriel, excédé. »
Voici trois premières phrases parmi les plus célèbres de livres ô combien célèbres. Elles ouvrent A la recherche du temps perdu, L’Etranger et Zazie dans le métro. Ce livre en contient quinze autres (plus deux interludes) que Laurent Nunez examine, mot après mot, signe de ponctuation après signe de ponctuation. Tout ce que l’on peut deviner d’une œuvre, et peut-être de son auteur, n’est-il pas contenu dans « sa » première phrase, si on l’étudie bien ? Dans les mots mêmes, leur arrangement, leur harmonie, se révèlent une pensée et l’homme (ou la femme) même qui l’ont conçue.
Le nouvel essai de Laurent Nunez, aussi instructif qu’ironique, aussi passionnant que savant, interroge les premières phrases des chefs-d’œuvre de la littérature française. Et l’on verra : un homme fou d’une femme (Racine) et une femme folle d’un homme (Duras) ; un écrivain qui perd sa mère (Camus) et un poète que sa mère abandonne (Baudelaire) ; des rôles qu’on joue très mal (Gide) et d’autres qu’il est interdit de jouer (Molière) ; des nuits où l’on est ivre (Mallarmé) et des lendemains où l’on n’arrive même plus à écrire (Barthes) ; le début d’une belle histoire (Zola) et la possible fin de l’histoire du monde (Aragon) ; la solitude (Rousseau) et l’amitié salvatrice (Flaubert), un homme qui n’ose pas dire qu’il est « hormosessuel » (Queneau) et un autre qui le dit à sa façon (Proust). Bref, la vie même, cette vraie vie qui comme dit Proust est la littérature.
Italo Calvino avait écrit Pourquoi lire les classiques ?, voici le « comment (re)lire les classiques ? » des temps nouveaux.