Vous êtes ici
Parution : 
28/02/2018
Pages : 
162
Format :
130 x 205 mm
Prix : 
16.00 €
EAN : 
9782246813309

Le chagrin d'aimer

« On écrit pour comprendre ce que l’on ne comprend pas. Quand j’écrivais Vie de ma voisine, mon héroïne, Jenny Plocki, me parlait de sa mère, la magnifique Rifka. Elle me racontait ses mots, elle évoquait ses gestes. L’amour d’une mère. Je mesurais mon ignorance dans ce domaine. Ma mère ne savait pas ces mots, ni ces gestes. Impuissante à m’aimer.
Je suis partie sur ses traces. Celles d’une petite fille apatride et de sa mère danseuse, théâtreuse des années 20, connue sous le nom de Lina de Varennes. Je suis partie sur ses traces de petite fille grecque et arménienne. Ma mère ne voulait rien savoir de son passé. Il a fallu que j’enquête et que je l’invente.  Que je trouve les mots pour la retrouver. C’est ce livre, Le Chagrin d’aimer. J’ai tissé une toile pour y prendre ma mère, cette insaisissable  libellule. Chaque scène ici renvoie à un lieu, une époque, un objet.
Il a fallu passer par la cour du Roi de Grèce et les collines de Fiesole. Par un atelier d’écriture, une maison de retraite, un supermarché, un paquet de gauloises, une machine à écrire. Autant de circonstances, par-delà les guerres, les destructions, les irrémédiables pertes, où ma mère se trouve confrontée à ce qui est vital, et élémentaire, la nourriture, l’argent, le travail, l’amour.
La preuve la plus tangible de sa singulière énigme, est un motif : celui de la voiture. Habitacle et projection du mouvement, des cahots d’une vie : au commencement (du livre) est la voiture, cheval de Troie ambigu de l’écrivain aussi. Telle est la vérité, avérée en légende. La voiture et, plus secrètement, la machine à écrire. Faisant ce portrait, j’ai tenté d’en savoir un peu plus sur elle, sur moi. Chemin faisant, j’ai compris que ce n’était qu’un début. »
  G. B.